2 mg of lorazepam

par Marianne Blancherie

harry potter ambient sound mixer

over counter ambien

Editorial

Vous prendrez bien un petit Communard ?

best rated nighttime sleep aids

is zolpidem tartrate 10 mg tablet a narcotic

best over the counter sleep aid for children L’idéal de la Commune est celui d’une utopie écrasée dans le sang… avec de vagues relents d’actualité d’un printemps Syrien, sous d’autres cieux, en d’autres lieux. Pourquoi l’utopie naît-elle toujours au Printemps, pourquoi est-elle toujours si vite écrasée et les rêves de démocratie bafoués, réprimés dans le sang, la plus totale barbarie et l’indifférence générale des peuples voisins ?
Le gouvernement de la Commune de Paris était composé d’un quart de Franc-Maçons. On peut avancer sans risquer de se tromper que le Conseil de Paris était à tout le moins influencé par les idéaux d’une utopie qui se voulait le centre de l’union.
N’oublions pas que les Communards furent les précurseurs du mouvement laïque qui a donné naissance à la loi du 9 décembre 1905. La Commune de Paris n’a-t-elle pas été en effet la première à mettre en œuvre la séparation effective de l’église et de l’état ? à proposer une éducation gratuite et laïque, notamment pour les filles ?
N’oublions pas non plus que cette utopie, comme toute aventure humaine n’a pas d’emblée fait l’unanimité au sein de la Franc-Maçonnerie. Composée essentiellement en effet de membres issus d’une classe bourgeoise, la Franc-Maçonnerie s’est donc scindée, lors de la Commune de Paris, en deux camps diamétralement opposés : les Franc-Maçons demeurés fidèles à leur origine sociale qui rejoignirent le camp des Versaillais, et les Communards, fidèles à l’idéal maçonnique d’une société plus juste et fondée sur la concorde universelle.
Lorsque nous observons aujourd’hui la montée des barbaries ; lorsque la laïcité est constamment mise à mal par des poussées communautaristes étrangères à son idéal aussi bien qu’à son histoire, alors non, on peut dire que la Commune n’est pas morte. Mais il faut se souvenir, car l’éventuelle résurgence de la barbarie réside dans notre capacité d’oubli. Ainsi le sang des nôtres n’aura pas été versé pour rien.
La Commune, Paris dans ses entrailles en porte les stigmates… et pour qui connaît bien la géographie subtile des arrondissements populaires, l’esprit de la Commune s’épanouit à chaque coin de rue.
Il est encore vivant dans les arrondissements du Nord et du Nord Est qui en portent les traces indélébiles : les arrondissements de l’Est Parisien en effet, et tout particulièrement le 20ème, le 19ème, le 18ème et le 11ème participèrent activement au soulèvement du 18 mars 1871. Lors de la semaine sanglante un grand bûcher avait été dressé aux Buttes Chaumont pour éliminer les cadavres qui souillaient la surface du lac répandant partout leur odeur nauséabonde. Les combats furent atroces et les Versaillais firent preuve d’une barbarie insoutenable, allant jusqu’à assassiner femmes et enfants sans vergogne. Paris ne comptait plus ses morts : vingt mille en quelques jours, peut-être beaucoup plus. Les combats au Père Lachaise donnèrent lieu à des exécutions massives : devant le mur d’enceinte du Père Lachaise 147 combattants de la Commune furent fusillés et jetés dans une fosse ouverte au pied du mur… pour avoir osé croire en un idéal d’Egalité, de Fraternité et de Liberté.
Paris et la Commune ont une identité inséparable. Elle vit encore dans l’esprit de ces arrondissements populaire toujours animés du souffle libertaire que nos ancêtres ont payé de leur sang. Il fleurit à chaque coin de rue, dans les squats d’artistes, les ruelles de Belleville, les jardins de la Villette et les marchés populaires. Pour peu qu’on connaisse Paris et sa géographie subtile, l’esprit de la Commune est partout… aussi bien dans les lampions du 14 juillet qu’à la sortie des écoles. Il est palpable partout où vit le peuple de Paris, de Montmartre à Ménilmontant, en passant par la Bastille ou les Buttes Chaumont… typiquement parisien, l’esprit de la Commune se respire dans la moindre particule d’oxygène qui émane de ces lieux.
Paris a payé son tribut à l’idéal de Liberté, et nous, Franc-Maçons en avons tiré les leçons.
Et c’est à cet esprit que nous rendons hommage au travers de ce numéro spécial consacré à toi et à ton souffle de Liberté, Paris, mon amour, ma ville, mon âme.

what are the best sleeping pills to take

La Planche à Tracer N°1

Etre Franc-Maçon au XXIème siècle

la Planche à Tracer N°2

Franc-Maçonnerie et religion

La Planche à Tracer N°4

La Planche à Charlie

La Planche à Tracer N°5

L'alchimie

La Planche à Tracer N°6

La Mort

zolpidem tartrate 20 mg

ambien in elderly patients