Télécharger le n°3 Antimaçonnisme, Illuminati, théorie du complot

 Prix : 3,33 €

IMPORTANT : Une fois le règlement effectué, cliquez sur « retour au site » et patientez quelques secondes sans fermer le navigateur. Vous serez redirigé automatiquement vers la page de téléchargement et votre magazine s’affichera à l’écran. Acheter n°3 format ebook

en téléchargement

Editorial

Face à la radicalisation des esprits : notre devoir de vigilance

Nous connaissons les Franc-Maçons, mais qui sont les Illuminati ? Pourquoi l’antimaçonnisme et pourquoi aborder un tel sujet entre ces colonnes, alors qu’il y a tant et tant d’autres sujets intéressants à aborder ?
C’est un choix rédactionnel et il n’est pas innocent. Il est vrai que ces sujets sont largement débattus sur internet. Oui, mais quelle est donc la parole qui circule ? La réponse est simple et tombe comme un couperet : c’est essentiellement celle des « anti », celle des adeptes de la théorie du complot.

Etes-vous Barkun 2 ou Barkun 3 ?

Il existe une échelle pour mesurer le niveau d’atteinte de tout un chacun par les thèses de la théorie du complot. C’est l’échelle de Barkun en quatre niveaux, comme nous l’expliquent ici Jiri Pragman et Jacques Ravenne. Ceux qui sont au niveau 3 de l’échelle de Barkun sont les auteurs des discours les plus virulents sur internet, les dérangés du nouvel ordre mondial. Mais ce sont malheureusement ceux qui crient le plus fort qu’on entend le mieux. Et ils convertissent, bien malgré eux, des millions de gens qui évoluent progressivement sur l’échelle de Barkun, du niveau 1 au niveau 2, voire plus. Ce qui les rend d’autant plus sensibles aux discours et aux thèses de la droite la plus extrême.

Pire que le FN !

Et plus extrême que le Front National, il y a ! Il suffit de voir les discours les plus violents qui se cachent parfois sous les traits d’un humoriste comme Dieudonné ou d’un essayiste comme Alain Soral ou encore Eric Zemmour. Et face à cela que pouvons nous faire, si ce n’est faire entendre notre voix ?
D’abord et avant tout, ne pas demeurer dans la passivité.

Des vidéos poubelle

Nous vivons une époque de tempêtes et il ne tient qu’à nous d’empêcher l’humanité, autant que faire se peut, d’évoluer vers le Chaos. Et quand on parle d’antimaçonnisme, il suffit de voir les résultats : temples incendiés, taggés, arbres de la laïcité arrachés, cristallisation de toutes les haines devant le siège du Grand Orient de France à Paris… Le pire est-il à venir ?
Il faut se tenir informé, connaître la nature de l’ennemi, ses arguments, pour demeurer vigilant. J’ai donc regardé sur internet ces vidéos… Vous savez, ces vidéos poubelle qui accumulent un fatras de contre symboles pour faire croire au complot de l’instauration d’un nouvel ordre mondial par les Franc-Maçons et les Illuminati. Les symboles utilisés dans ce type de vidéo sont laids, les pentagrammes sont inversés et représentent des diables autant que l’imagination peut en créer, le tout associé à des images de guerre et d’horreur. J’ai regardé ces vidéos, parfois seulement quelques minutes… et je m’estime relativement immunisée contre ce type de propagande négationniste. Toujours est-il que cinq minutes plus tard encore, à chaque fois, il demeure au fond de moi une espèce de malaise diffus, une espèce d’envie de vomir due à l’accumulation de tous ces symboles utilisés en sens inverse.

La guerre des symboles

Nous connaissons le sens des symboles. Ces signes ne sont pas anodins. Les discours qui les accompagnent non plus. C’est pourquoi si je ressens un malaise diffus en regardant ces vidéos, on peut avancer sans grand risque de se tromper que ceux qui regardent les vidéos sans posséder cette assise symbolique, n’en sont que plus affectés. Cette symbolique inversée et les discours, ou parfois aussi la musique qui les accompagnent ne sont pas sans effet sur la psyché. C’est un poison qui se distille peu à peu dans l’esprit de nos contemporains via le plus grand media du monde, et celui qui n’est pas mithridatisé a peu de chances d’y échapper. A moins d’un esprit critique solidement installé, il n’en ressortira pas indemne. C’est pourquoi il est important et urgent de réagir, de tenir un autre discours, de distiller collectivement, un autre esprit, et d’effectuer un travail d’herméneutique pour une interprétation vivante des symboles, basée sur la recherche de la vérité.
Face à la radicalisation du monde, nous avons plus que jamais un devoir d’action et de vigilance.